Page 15/16 

Observations diverses

1:arrivée

2:Zarzis

3:Zarzis (2)

4:Jerba

5:Matmata

6:Tataouine

7:Jerba (2)

8:Zarzis (3)

9:Tunis

10:Sidi Bou/Carthage

11:Medina

12:El Menzah/Mutu

13:Le Bardo

14:Belvédère

15:Remarques

16:souvenirs

L'arabe tunisien
C'est la langue maternelle des Tunisiens. Avant de quitter la Tunisie en 1982 j'imaginais que l'arabe algérien et l'arabe marocain était similaires à l'arabe tunisien. Une fois en France, en entendant des Maghrébins parler entre eux leur langue, j'ai constaté qu'il y en avait que je comprenais en partie, qu'il s'agissait d'une sonorité familière à mes oreilles, alors que pour d'autres, je ne comprenais quasiment rien. J'ai ensuite réalisé que ceux que je comprenais, c'était des Tunisiens, et que les autres étaient Algériens ou Marocains. Et ce n'est donc que là que j'ai saisi la différence. Aujourd'hui encore j'ai du mal à distinguer entre les dialectes marocains et la plupart des dialectes algériens. Alors que le tunisiens "me sautent aux oreilles".  
De retour en Tunisie en 2003, j'entend à nouveau cet accent si familier, et les expressions typiquement tunisienne. Chaque fois que je comprend un mot de la bouche d’un(e) Tunisien(ne) je me le répète, pour bien le prononcer. J’ai fait des progrès en deux semaines. J’ai l’impression de mieux parler tunisien qu’en 1982. Entre 1972 et 1981 l’apprentissage de cette langue ne m’intéressait pas. Ce n’est que la dernière année que j’ai commencé à la pratiquer.


Les exemples de l'influence française : 
Sur le trajet de l'aéroport à Zarzis, Rébia nous parle du degré de salinité des puits, il cherche un mot en français, je lui propose de le dire "bil aarbi", il me dit : en arabe, ça se dit "miligramm".
A la papeterie à Zarzis, j'achète de la colle normale, pour papier, et je demande "kifa'sh t'goul bil aarbi ?". On me répond que ça se dit "colle forte" en arabe.

Autres mots "tunisiens" : kilo, batata (pomme de terre), blassa (place assise), gazouze (boisson gazeuse), frigidaire, tilifoune (téléphone), bira (bière), outel (hôtel), blouza, Bousta (poste), Kassarola, Koujina (cuisine), Tembri (timbre), etc. 


Le français, deuxième langue de Tunisie
Le français, qui n'est pas langue officielle, est néanmoins la 2e langue du pays, si on considère que l'arabe tunisien et l'arabe classique n'en font qu'une ( en réalité ce n'est pas tout à fait vrai, l'arabe classique appris à l'école peut être considérée comme une langue distincte de l'arabe parlé). 

Le protectorat français (1881-1956) a fait de la Tunisie un pays francophone qui participent aux différents sommets aux côtés du Québec, de la Belgique ou du Sénégal pour ne citer que ceux-ci. Tous les Tunisiens parlent français, plus ou moins bien, de l'arrière grand-mère qui n'a pas été scolarisée et qui se débrouille avec quelques mots, jusqu'au diplômé qui maîtrise parfaitement la langue sans même avoir vécu en France. 

Toutefois, je suis amusé d'entendre des "arabismes" dans le français des tunisiens. 
Souvent ils disent : "c'est ouvert le jour" (c’est ouvert aujourd’hui) ou "il fait beau le jour" (il fait beau aujourd’hui).
Rébia dit toujours "il faut payer la bonne somme" car prix se dit soum en tunisien.
Rébia dit aussi tout le temps : "bienh" avec un h à la fin, un mélange de "bien" et de "béhi".

La plupart des Tunisiens tutoient en français car c'est ainsi en arabe tunisien. Mais ils savent que la formule « vous » existe. Il doivent penser que c’est une sorte de tutoiement car ils disent tous systématiquement « vous » à nos enfants et « tu » à nous, les parents. Et ils font presque tous ça. 

Troisième langue : italien, anglais, ou allemand ?
On peut penser que l'anglais, première langue internationale au monde, prend logiquement la troisième place. Mais je ne pense pas que ce soit le cas en Tunisie. Je mettrais l'italien en 3e position. A une certaine époque il y avait plus de colons italiens et maltais en Tunisie que de colons français. L'influence italienne se voit dans la cuisine car on peut trouver partout de la ricotta (sorte de fromage), des grisini (les cressins) et cette forme de pizza italienne qui ne se s'est pas mondialisée (pâte épaisse, tomates, câpres, anchois, olives noires, rondelles d'oeuf dur). Et les beignets de Sidi Bou Saïd ont pris le nom italien (Bomboloni devenant bambalouni). Le jeu de cartes le plus populaire en Tunisie est la shkoba (la scopa en italie). A ces influences italiennes s'ajoute le fait que la télévision RAI uno est retransmise en Tunisie (sans besoin de parabole ou câble). Si bien que bon nombre de Tunisiens comprennent bien l'italien. De plus, les touristes italiens sont nombreux en Tunisie (qu'ils appellent encore Africa comme leurs ancêtres les Romaines). Ils sont en 3e positions après les Allemands et les Français
Petite anecdote : Au souk, à Homt Souk, un ciseleur vient de graver le nom d'une cliente italienne sur un petit plateau de cuivre. Il tend le plateau et dit "heccola", avec un h, contraction de "hek" (ou haka) et "eccola", les deux mots voulant dire à peu près "voilà". 

L'allemand a également une place importante car les touristes germanophones est le groupe le plus représenté (l'île de "Tscherpa" et "Hamammeht" sont des destinations très populaires). Les élèves des écoles d'hôtellerie doivent apprendre l'allemand si j'en crois ce qu'on m'a assuré. 

Il n'est donc pas rare que les professionnels du touriste ont le bagage lexical minimal allemand-italien-anglais afin de mieux vendre leurs services ou objets d'artisanat.

Exemples d’influence italienne :
Daccordou, sigourou (sûr), Taoula ( table), Trino (train), Shkouba ( scopa, jeu de cartes), bambalouni (beignet).

Influences italo-françaises : bira (bière), Koujina (cuisine - cucina en italien)



Nouvelles technologies en Tunisie : comme partout dans le monde
Je suppose qu’il y a de l’informatique partout maintenant en Tunisie. Chaque agence bancaire a un distributeur automatique. Les différents loueurs de voiture à qui on a eu affaire géraient leurs affaires avec un ordinateur. A l’hôtel Majestic le réceptionniste regarde sur un écran d'ordinateur les réservations. Sur les différentes cartes de visite ramassées ça et là, il y systématiquemnt le N° de téléphone mobile, l’adresse e-mail, et souvent le site web.


Les plaques d’immatriculation
Autre changement par rapport à 1982 : les plaques d’immatriculations des voitures. Il n’y a plus le simple « Tounès», suivi d’un nombre. Il y a maintenant un autre nombre devant le "Tunis". J’ai l’impression que c'est un nombre séquentiel, mais on peut deviner grosso modo l’année d’immatriculation. 99 semble correspondre à 1999 et 101 à 2001. Dans les années 70, j’avais vu une Citroën "Traction" garée à Tunis, elle avait le N° d’immatriculation « TUNIS 1 ».

Quaddesh ?
Les Tunisiens disent plus souvent « alf » ( mille) que « dinar » (1 dinar = 1000 millimes) quand il s’agit de petites sommes. Ils comptent donc en millimes. Ça va un plus vite de dire 2500 (alfin ou khams mia) que 2 dinars 500 (zouz dinar ou khams mia millim). Un peu comme certains Français qui comptaient en anciens francs. D’ailleurs pendant longtemps 1 millime valait 1 centime de franc nouveau, soit 1 franc ancien. 



Le niveau de vie en Tunisie
Le PIB par habitant tunisien recalculé selon les parités de pouvoir d’achat se situe autour de 7000 dollars/an pour la Tunisie et 28000 pour la France. C’est-à-dire que le Tunisien doit travailler quatre fois plus que le Français pour se payer la même chose, si chacun achète dans son pays respectif. Quand on sait que le PIB réel représente un dixième de celui de France (2400 $/an/habitant environ, contre 24000 en France), les prix en Tunisie sont donc en moyenne 2,5 fois moins élevé qu’en France. Mais ça dépend des produits et services. Ce rapport de 2,5 est vrai pour le restaurant, la nuitée dans un hôtel. Les aliments de base, les transports en commun, y compris le taxi, sont au moins quatre fois moins chers. En revanche certains produits et services sont presque aussi cher qu’en Europe : l’essence (70% du prix en France) et la location de voiture (même prix qu’en France). Le Tunisien moyen doit donc travailler deux fois plus que le Français moyen pour manger mais 8 fois plus pour mettre de l’essence dans sa voiture. Et pourtant il y en a des voitures ! Et pas des vieilles bagnoles retapées. Et beaucoup de gens ont un téléphone portable. 



La tenue vestimentaire des femmes
Je ne pense pas avoir vu de Tunisiennes en jupe ou short. Apparemment on ne montre pas la peau nue (à part les bras). Par contre certaines jeunes filles sont en pantalon moulant comme c'est la mode aujourd'hui, et qui ne cache absolument rien de la forme de leur corps. Le petit haut est moulant, et la poitrine mise en valeur. Le genre de tenue à la mode. La seule différence avec les filles de l'Occident, c’est qu’on ne voit pas le nombril. Entre ces deux extrêmes, les Janet Jackson d'une part, et les filles « sages » en foulard d'autre part, la majorité des femmes à Tunis ont une tenue à l'occidentale plutôt passe-partout. Le Sifsari blanc semble en voie de disparition.
A Zarzis les femmes y compris les jeunes portent souvent des tenues pseudo traditionnelles de la campagne, longues robes et voiles colorés. Mais la vraie tenue (les gros bijoux en argent, fibules, colliers, couronnes d’anciennes pièces de monnaie en argent), on ne la voit quasiment plus.
A vrai dire, à Zarzis ou Jerba, tout le monde a quelque chose sur la tête, les hommes ont un chapeau de paille ou une casquette. A cause de soleil. Quand on voit que le voile est portée de manière informelle, on peut se demander si c’est pour se protéger du soleil , si c’est par tradition, ou si c’est religieux. Un peu des trois sans doute.

7 Avenue du 7 novembre, Place du 7 novembre, rue du 7 novembre, café du 7 novembre, pâtisserie du 7 novembre, ...
Le 7 novembre 1987, Monsieur le premier ministre Ben Ali destitue légalement Habib Bourguiba en invoquant un article de la constitution stipulant qu’en cas d’invalidité du Président, le 1er ministre prend sa place. Ben Ali, au lieu de cultiver le culte de la personnalité comme son prédécesseur (qui le faisait plus ou moins légitimement puisque qu’il était le héros de l’indépendance), met en avant la date du « 7 novembre ». C’est la date du renouveau démocratique. Il y a des « 7 novembre » partout. Avenue du 7 novembre, rue du 7 novembre, place du 7 novembre, boulevard du 7 novembre (non pardon boulevard de l’environnement), hôpital du 7 novembre, autoroute du 7 novembre, boucherie-charcuterie du 7 novembre, ... Il y a même une chaîne de télé qui s’appelle Télé7. Le portrait du président Ben Ali est partout bien entendu, au café, dans le commissariat, chez le coiffeur. Mais pas d’avenue Ben Ali, et pas de statues. Alors que Bourguiba, de son vivant, avait osé, lui (peut-être était-ce son entourage ?). D’ailleurs Ben Ali n’a pas osé rebaptisé l’avenue Bourguiba en avenue du 7 novembre. Mais la statue de Bouguiba, elle, est partie, à la Marsa si je me souviens de ce qu’on m’a dit, j’ai pas vérifié. Et la place a été rebaptisée...devinez.
Dans chaque commune a nécessairement une avenue du 7 novembre. Par exemple, la route X est devenue boulevard du 7 novembre. Je ne sais pas si elle avait un autre nom avant. Une rue qui descend sur Carthage, a également été rebaptisée avenue du 7 novembre. Ce que cette « nouvelle ère» a apporté aussi les « Boulevard de l’environnement ». Chaque commune a le sien. C’est souvent un boulevard large et la plaque qui porte son nom est élaborée, céramique et mosaïques. Mais rien ne porte le nom du président Ben Ali. En fait, "7 novembre" c’est lui, C’est Monsieur 7-novembre. 
Arrêtons avec l'ironie, la Tunisie n'est pas si mal lotie. Le niveau de vie qui a augmenté, les progrès en matière d'économie, ça compte aussi...


Les restaurants
Il faut compter entre 3 et 15 dinars par personne selon le type de restaurant. Dans le restau à 15 dinars les plats ne sont pas nécessairement meilleurs, mais il y a nappes et serviettes en papier, belle vaisselle artisanale tunisienne, et l’air conditionné fonctionne bien : vous ne pouvez pas imaginez comme c'est important en été quand il fait 35° C. L’hygiène est sans doute meilleure aussi.
Un soir on a mangé dans un restau plus populaire dans la rue du Caire. Le genre avec nappe cirée à carreau et serviettes en papier. Mais tout de même il y avait l’air conditionné (y en un peu partout de toutes façons). On en a eu pour 11 dinars pour nous tous. Et c'était très sympa, et très bon. Dans tous les restau, peu importe le niveau, on sert souvent des petites entrées gratuitement (olives, miettes de thon en sauce tomates, …) et beaucoup de pain. On pourrait s’en contenter. 




L’alcool
La consommation d’alcool n’est pas interdite mais elle n'est pas encouragée non plus comme en occident. Peu de commerces ont une licence. . Au Magasin Général, à Tunis, l’alcool ne se vend pas en libre-service. Il y a un comptoir séparé et il faut payer tout de suite. Le vendeur n’est pas souriant, comme s’il reprochait à l’acheteur son manque de religion (musulmane)Avant de tomber sur un restau qui sert de l’alcool, rues de Marseille et du Caire, il faut en faire plusieurs. A Zarzis aucun café ou restaurant populaire ne sert d’alcool. Il se faut se rendre dans les hôtels. On se demande si c'est par respect de la religion ou par souci de sécurité (les statistiques de la sécurité routière ne sont pas bonnes). La bière à l’hôtel c’est 2 dinars. Moins cher qu’en Europe. Mais le Tunisien gagne en moyenne 10 fois moins qu'un Européen. Donc une bière au bar d’un hôtel, c’est un petit luxe qui équivaut à une ou deux coupes de champagne pour un Européen. Ainsi, je suppose il y a moins d’alcooliques en Tunisie qu’en Europe je suppose. 

Les méfaits de l'alcool, et les accidents mortels de la route, sont le "luxe" des fortunés. Reste que la Tunisie produit une excellente bière "La Celtia", et de bons vins. Il y a aussi la Boukha, une eau-de-vie à base de figue, qui est typique du Maghreb.

 

bouteilles compressibles
Toutes les bouteilles d’eau en plastique sont compressibles, quelque soit la marque. Donc ce principe lancé en 1994 par Evian semble s’être généralisé ici aussi.

 

Les toilettes
Il y a quelque chose que j’apprécie particulièrement dans les toilettes des pays arabes, notamment celles de Tunisie : même si les normes occidentales sont en vigueur (chasse d’eau et papier toilette), le petit robinet et son petit tuyau des toilettes à la turque n’a pas été supprimé. Il se trouve systématiquement dans toutes les toilettes en Tunisie. Ce qui permet une meilleure hygiène. On peut en outre facilement nettoyer la cuvette et la brosse avec ce jet d’eau. Un exemple à suivre à mon avis.

Les oiseaux du désert
Dans le sud tunisien, il y a une espèce de tourterelle d’une taille moyenne. La livrée se situe quelque part entre celle de la tourterelle turque (la tourterelle commune en Europe) et de la tourterelle des bois (l'autre espèce européenne, plus discrète). A l’intérieur des terres, on voit des traquets. Les uns ont une tête grise avec les ailes et le dos noir. Les autres ont le dessus de la tête blanc et le reste noir. Le seul moyen de bien les distinguer est la gorge blanche pour le premier et la gorge noire pour le deuxième. On voit aussi des moineaux mais je n’arrive pas à savoir si ce sont des moineaux blancs ou des moineaux friquets. Les femelles sont vraiment ternes. Donc je penche pour le moineau blanc. Il y a aussi de petits oiseaux qui courent sur les bords des routes, peut-être des sirlis, mais je pense plutôt que c'est une espère d'alouette du désert. Dans les montagnes il y a des corvidés assez grand à cri rauque. Donc soit des grands corbeaux soit des corneilles noires. J'ai vu aussi des traquets globalement beige aussi. « Traquet du désert » peut-être. Les "aloutettes" sont partout sur les bords des routes dans l’intérieur du pays. Les traquets sont à l’intérieur des terres. Les tourterelles sont partout. Les corvidés du côté de Matmata.

14

15 16